2014-EduardoArroyo-affiche

Eduardo Arroyo
La nuit espagnole

Exposition
07/06/2014 - 07/09/2014

Le musée Estrine est particulièrement heureux d’inaugurer ses nouveaux espaces par cette « Nuit espagnole » d’Eduardo Arroyo tant son œuvre, capitale pour l’histoire de l’art de ces cinquante dernières années, est rare sur la scène artistique française. C’est en Espagne, où il est unanimement reconnu,  qu’il faut se rendre pour apprécier toute la puissance de son travail.

Intitulée  « La nuit espagnole », en hommage à la célèbre œuvre de Francis Picabia, cette présentation revient sur cinquante ans de création autour de l’Espagne, thème essentiel de la peinture d’Arroyo. Une quarantaine d’œuvres illustrent ainsi les grandes réflexions de l’artiste, de la dictature à l’exil en passant par l’ensemble des mythologies populaires comme la tauromachie ou le flamenco. Arroyo se joue avec humour des symboles et des icônes travaillant à construire une œuvre où se croisent éléments autobiographiques et grande histoire, dans un langage métaphorique percutant qui oblige le spectateur à réagir. L’espace pictural est le lieu de la narration. L’artiste y utilise la photographie et l’ensemble des mécanismes de l’imagerie, réinventant un langage plastique, contemporain et actualisé qui ne se laisse enfermer dans aucune formule.

Grâce à son nomadisme affirmé Arroyo a parcouru un itinéraire géographique et littéraire assez singulier qui lui a permis d’affirmer la force de l’image et la densité de sa peinture dans une continuité faite autant de refus que de respect.

« Le peintre vit dans la société, et se trouve placé devant les problèmes de la société. Un monde mécanique et politique déclenche une excitation que le peintre ne peut ignorer. (…)Aujourd’hui, l’art d’atelier, les jeux d’esthétisme ou la spéculation du regard n’ont plus cours. L’artiste se refuse a être un animal qui peint. Il revendique l’anecdote. »
Eduardo Arroyo, mai 1963

Parutions

COUV-La-nuit-espagnole